Catégorie Environnement

L’Espagne s’est unie au Pacte européen sur les plastiques

Chaque fois qu’un consommateur rencontre un produit avec un emballage plastique sur le linéaire d’un supermarché, il est assailli par les mêmes doutes et sa conscience est agitée. Il existe plusieurs vérités et mensonges concernant la durabilité de certains matériaux. Les citoyens et les fabricants ont une responsabilité, mais il ne faut pas oublier que le respect de l’environnement, comme tant d’autres choses, est aussi une question politique.

Au mois de mars a été rendu public que l’Espagne s’est unie au Pacte européen sur les plastiques, un accord international qui non seulement fera la lumière sur la consommation de ce type de produits, mais contribuera aussi à les intégrer véritablement dans une économie circulaire qui protège notre environnement.

12 pays ont rejoint cette initiative, parmi lesquels la France, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, la Suède, le Portugal et la Finlande. Son objectif est de réduire l’impact des déchets non recyclés sur l’environnement et d’encourager l’innovation dans le secteur pour que de nouveaux systèmes de réutilisation ou de fabrication soient développés. Son importance peut marquer un tournant sur ce marché et nous faire franchir une étape supplémentaire dans le traitement des plastiques et des emballages.

Présentation du Pacte européen sur les plastiques
Présentation du Pacte européen sur les plastiques

Le Pacte européen sur les plastiques se fixe 4 objectifs pour l’année 2025 :

  1. Parvenir à ce que tous les emballages à usage unique conçus soient réutilisables dans la mesure du possible.
  2. Encourager un usage responsable des produits et réduire de 20 % les produits fabriqués en plastique vierge.
  3. Augmenter de 25 % la collecte, le tri et le recyclage.
  4. Encourager et augmenter de 30 % l’utilisation de plastiques recyclés dans de nouveaux produits.

Les experts n’hésitent pas à aborder la question : Nous ne devons pas blâmer le plastique en soi, tout comme nous ne devons pas blâmer l’acier ou le papier. La faute est le manque de conscience. C’est l’utilisation et le recyclage des produits par le consommateur qui peut vraiment faire la différence. Le secteur fabricant dispose désormais de matériaux, emballages, film, ressources, certificats et obligations afin de garantir que le plastique ne pose pas de problème ; et l’utilisateur a déjà à sa disposition des informations et des systèmes de recyclage. Si le niveau de conscience collective est placé à la hauteur appropriée, nous verrons comment le problème de la pollution du plastique commence à se résoudre.

Ce type d’initiatives politiques va petit à petit se transformer en lois et ressources qui aideront à parvenir à ce changement. Chez IBG, nous suivons une politique solide de responsabilité sociale corporative liée, bien entendu, à notre conscience environnementale.

La responsabilité environnementale d’IBG

Avant que ce pacte n’existe, nous recyclions déjà 100 % de nos déchets plastiques ; nous employons des aditifs à base minérale qui réduisent nos émissions de CO₂ et nous poursuivons nos recherches afin de travailler de plus en plus avec de nouveaux matériaux et processus caractéristiques de cette économie circulaire dont le monde a besoin. L’environnement fait partie de nos plans depuis que nous avons débuté notre activité il y a 30 ans. Nos installations et machines sont examinées lors d’audits exhaustifs d’efficacité énergétique. Notre projet Regenerados Plásticos Andaluces (régénération des plastiques en Andalousie), enregistré à l’Association nationale des recycleurs de plastique (ANARPLA) et à la European Association of Plastics Recyclers (EUPR), en est le fruit ; nous récupérons et transformons les déchets pour leur donner une nouvelle vie, à raison de plus de 700 tonnes par mois.

Le Pacte européen sur les plastiques fait partie d’un réseau mondial dans lequel il existe d’autres initiatives similaires, de l’Afrique du Sud au Chili, dirigé par la Fondation Ellen MacArthur et WRAP (Waste and Resources Action Programme). Cette initiative a été promue en Europe par la France et la Hollande ; elle compte sur l’observation de la Commission européenne.

Vous pouvez télécharger le document de base complet ou le lire sur le lien suivant.